mardi 14 novembre 2006

Ma chanson de Campagne

Ca y est, avec mes conseillers, j'ai trouvé la chanson pour ma campagne, un hymne entrainant, dynamique qui nous apportera la victoire à coup sur. Je vous laisse la découvrir en dessous. Avec ça, Strauss-Kahn et son Zidane y va marquer n'a plus aucune chance de remporter l'investiture du parti socialiste..

Cordialement, Ségolène Royal

P.S: Appréciez le "une rose, un projet, une femme". Toute ressemblance est fortuite

7 commentaires:

marianne a dit…

Mme Royal,

Pourriez mettre le son...

Laurent a dit…

C'est vraiment pitoyable !

Y'a une vague ressemblance avec le zizi de Perret!

Mais ca chante faux, les paroles sont creuses, ...

Bref! c'est pas avec ca que vous aurez la victoire.

Anonyme a dit…

Finalement ça sert à quelque chose les forums participatifs

Moostic a dit…

Elle aurait mieux fait de choisir celle-là !!! :

Dans mon fauteuil, je regardais le film à la télé,
Un type nommé François le Bouffi poursuivait la pauvre Ségo
Il la coinça près d'la scierie et très méchamment lui dit :
"Si tu m'donnes pas ta sci, en moins de deux,
Je vais t'couper en deux" (parce que j'aime pas les riches)
Puis il l'empoigna...
Et alors ...
Ben, il la ficela...
Et alors...
Il l'a mis sous la scie..
Et alors... et alors ...

{Refrain:}
Et, et, Sarko est arrivé
Sans s'presser
Le grand Sarko, le beau Sarko
Avec son ch'val et son grand chapeau

Mais bientôt j'ai pris la deuxième chaîne
Car un vieux schnock parlait
Charmante soirée, sur la deuxième chaîne y passait le même navet
Près d'une cabane François le Bouffi coinçait la pauvre Ségo
Et il lui disait :
"donne-moi ta sci, eh, poupée !
si non, j'te transforme en purée"
Puis il l'empoigna...
Et alors ...
Ben, il la ficela...
Et alors...
Il mit le feu à la dynamite
et alors, et alors ...

{Refrain}

Mais moi j'en avais tellement marre
J'ai repris la première chaîne
Et devant mes yeux, mes yeux hagards se déroulait la même scène
Et François, François le Bouffi poursuivait la pauvre Ségo
Disant :
"Donne-moi ta sci, eh, boudin !
Ou j'vais t'balancer sous l'train"
Puis il l'empoigna...
Et alors ...
Il la ficela...
Et alors...
Sur les rails il l'a fit rouler
Et alors ...
Le train arrivait... les copains
Et alors... et alors ...

Et, et, Sarko est arrivé
Sans s'presser
Le grand Sarko, le beau Sarko
Avec son ch'val et son grand chapeau
Avec son flingue et son grand lasso
Avec ses bottes et son vieux banjo

Il regarda Ségo, il regarda François qui étaient en transe
Puis s'en alla à l'Elysée gouverner la France

Ah ! Ah ! Sacré Sarko ah ah ah ah,

Anonyme a dit…

Bon sang, c'est du premier degré ?
j'ai été quasi bluffé au début, je croyais qu'il s'agissait d'une blague d'étudiants pour se payer la tête de Ségolène !

Je propose qu'il faille changer "la Marseillaise" pour "L'ile aux enfants "
D'ailleurs, son programme ressemble à un gloubi-boulga; je suis sûr que Casimir Hollande est dans le coup...

Anonyme a dit…

Pourquoi Ségo veut être la Présidente de la France puisqu'elle est déjà la Reine des Connes ?

HELL'S ANGEL

Anonyme a dit…

Je ne l'aime pas : elle s'habille comme une putain !

Vous n'avez jamais remarqué que des fois on voit ses cuisses jusqu'au ras des fesses quand elle se lève d'une chaise ? Autant voter Clara Morgane !

Ce qu'il lui faut à la Ségo c'est deux baffes dans la tête et la mise au tapin rue Pigalle à Paris...

HELL'S ANGEL