jeudi 9 novembre 2006

Ma connerie sur l'Iran ou comment essayer de rattraper le coup

Lors du débat socialiste consacré à la politique étrangère, j'ai fait une boulette; J'ai demandé ce que même George W. Bush n'ose pas demander, à savoir que l'Iran n'ait pas le droit d'avoir accès au nucléaire civil, vous savez les centrales pour produire de l'électricité et permettre aux enfants iraniens de lire le soir. En soit c'était déjà pas mal. Gros hic supplémentaire, l'Iran est signataire depuis belle lurette du Traité de Non Prolifération nucléaire (TNP) qui l'autorise à le faire.

C'est vrai qu'être plus extrémiste que Bush et aller contre le droit international ne pouvait pas être la vérité, mes rivaux Laurent Fabius et Dominique Strauss Kahn l'ont bien compris en qualifiant mes propos au mieux de "bourde" ou de "dérapage".

Mais la position de la France est moins importante que faire croire à tous que je sais débattre m'a dit mon conseiller Arnaud Montebourg. On a donc choisi de prétendre que je le pensais et que non ce n'était pas une nième erreur en débat. "Je dis et je répète que je ne suis pas favorable à ce que l'Iran accède au nucléaire civil", ais-je confirmé mercredi sur RMC, niant toute contradiction avec le traité.

Je ne suis pas sur qu'il m'aie fait faire le bon choix.. On verra bien. Qu'en pensez vous?
Cordialement
Ségolène Royal

2 commentaires:

zz a dit…

Et si on exilait Royal en Patagonie ?

Rico a dit…

c'est pas sympa pour les gens qui habitent en Patagonie ...